Collectif Veille Montagnes

Collectif Veille Montagnes

Collectif Veille Montagnes

Pour un Chablais nature

Vous pouvez faire défiler grâce aux touches et

Les grands classiques de la littérature alpine.

5 juin 2012 , , , , , , , , , , ,


  •  

  •  

  • Horace-Bénédict de Saussure

    est né le 17 février 1740 à Conches près de Genève. À l’âge de six ans, Saussure entre au collège public de Genève. En 1754, il entre à l’université et termine ses études cinq ans plus tard, avec une thèse sur la chaleur. Passionné par l’altitude, il se rend en 1760 à Chamonix pour admirer le Mont-Blanc dont il décide d’atteindre le sommet. En 1762, il est nommé, à 22 ans, professeur de philosophie à l’académie de Genève.
  • En 1765, après son deuxième voyage au Mont-Blanc, il se marie avec Albertine Boissier. Une année plus tard, il fait le tour du massif du Mont-Blanc par l’Allée Blanche. À l’automne 1768, il devient membre de la Royal Society après une visite en Grande-Bretagne. Deux ans plus tard, il entreprend à nouveau un tour du Mont-Blanc et l’année qui suit, il publie le premier volume de ses Voyages dans les Alpes. En 1786 il offre une prime à celui qui atteindrait le sommet du Mont-Blanc, ayant conscience que seul un montagnard expérimenté peut réaliser cette ascension : le 8 Août 1786, le guide Jacques Balmat et le docteur chamoniard Michel Paccard y parviennent.
  • En 1787, il retourne à Chamonix pour effectuer l’ascension du Mont-Blanc. Il atteint le sommet le 3 août, à 11 heures du matin, accompagné de Balmat. En 1796, il publie les volumes 3 et 4 des Voyages dans les Alpes. Le 22 janvier 1799, Horace-Bénédict de Saussure meurt. Il est enterré au Cimetière des Rois à Genève.
  • Son influence a été tellement grande qu’aujourd’hui, un collège genevois (équivalent du lycée français) localisé au Petit-Lancy porte le nom de collège de Saussure. Le lycée privé de Combloux (Haute-Savoie, France) est également placé sous la patronage de H.-B. de Saussure, ce qui montre que sa mémoire n’a pas été perdue au pays du Mont-Blanc.
Bien que De Saussure se révéla un grand scientifique, il fût également un des tout premiers à révéler le sentiment de la nature et de la fascination que peuvent exercer les montagnes sur les hommes.
Extrait d’une lettre de De Saussure à sa femme, écrite lors de son séjour au col du Géant en juillet 1788 :
 
 » Dieu, la magnifique nuit ! Que ces neiges et ces rochers,dont l’éclat est insoutenable à la lumière du soleil,
forment un étonnant et délicieux spectacle à la douce clarté de la lune ! Quel magnifique contraste ces rocs de granit rembrunis et découpés avec tant de netteté et de hardiesse formaient au milieu de ces neiges brillantes !
Quel moment pour la méditation ! De combien de peines et de privations semblables moments ne dédommagent-t-il pas ! L’âme s’élève, les vues de l’esprit semblent s’agrandir, et au milieu de ce majestueux silence, on croit entendre la voix de la nature et devenir le confident de ses opérations les plus secrètes. « 

Jean-Jacques Rousseau


 
Rousseau n’a pas séjourné à Meillerie, qui était un petit village de Savoie situé au bord du Léman près d’Evian, sauf pour une brève excursion en septembre 1754, mais il en a fait un site célèbre de son roman La Nouvelle Héloïse. Il fut l’un des premiers à célébrer les paysages de montagne :

« Vous savez qu’après mon exil du Valais, je revins il y a dix ans à Meillerie attendre la permission de mon retour. C’est là que je passai des jours si tristes et si délicieux, uniquement occupé d’elle, et c’est de là que je lui écrivis une lettre dont elle fut si touchée. Je me faisais un plaisir de lui montrer d’anciens monuments d’une passion si constante et si malheureuse. Ce lieu formait un réduit sauvage et désert ; mais plein de ces sortes de beautés qui ne plaisent qu’aux âmes sensibles et paraissent horribles aux autres. Un torrent formé par la fonte des neiges roulait à vingt pas de nous une eau bourbeuse, et charriait avec bruit du limon, du sable et des pierres. Derrière nous une chaîne de roches inaccessibles séparait l’esplanade où nous étions de cette partie des Alpes qu’on nomme les glacières, parce que d’énormes sommets de glace qui s’accroissent incessamment les couvrent depuis le commencement du monde. Un grand bois de chênes était à gauche au delà du torrent, et au-dessous de nous cette immense plaine d’eau que le lac forme au sein des Alpes nous séparait des riches côtes du pays de Vaud, dont la cime du majestueux Jura couronnait le tableau. » (La Nouvelle Héloïse, IVe partie, lettre 17)  Rousseau et la Savoie
Auteur : Mireille VEDRINE

 
Voir le lien :
http://www.meillerie.com/pages/litterature/rousseau-et-les-romantiques-a-meillerie.html
 
 
 

Franz Weber  :    Des montagnes à soulever

Voici un livre qui ressemble à un western, mais son héros existe. C’est Franz Weber, jounaliste bâlois inconnu qui, un jour, a décidé de sauver, à lui tout seul, la vallée suisse de l’Engadine, en provoquant, jusqu’à les faire reculer puis renoncer, promoteurs, technocrates et financiers.

Cette première action n’était que le début d’un combat qu’il n’a cessé de livrer depuis, en France, en Suisse, en Allemagne, jusqu’en Afrique, menant au combat toutes les bonnes volontés, au point de déclencher une véritable campagne internationale en faveur de l’écologie.

 SAMIVEL  :Le Fou d’Edenberg 

commentaires de lecteurs ….Un grand livre, un vrai pour tout ceux qui aiment la montagne. La montagne, mot un peu vague.. Il ne s’agit pas de la montagne des grands alpinistes ni de la montagne de l’extrême, mais la montagne des alpages et des hommes. La montagne de ces petits villages un peu perdus, petits coins de paradis, comme il en existe encore. Livre à lire pour tout ceux qui ont envie de se retrouver projeté sur un sentier, dans la forêts ou des les alpages, avec ses senteurs, ses lumières et ses hommes.

 


Danielle Arnaud  La neige empoisonnée 

Une analyse froide et sans concession des mécanismes financiers et politiques qui ont fait des Alpes françaises le plus grand domaine skiable du monde.

Roger Frison-Roche Premier de cordée

http://www.frison-roche.com/ Voici un roman qui aura marqué toutes les générations d’alpinistes en herbe, et tous les amoureux de la vraie montagne.

Walter Bonatti  

   A mes montagnes

A mes montagnes, reconnaissant, infiniment, pour le bien-être intérieur que ma jeunesse a retiré de leur sévère école 
Commentaires de lecteur : 
J’ai grimpé tout jeune à la grande époque de Mr. Bonatti. Et j’ai eu la chance de croiser par hasard les pas de plusieurs grands de l’époque. Je n’ai jamais osé leur adresser la parole. Mais j’ai révé ne serait-ce que voir, de loin, au moins une fois Walter Bonatti. Cela n’est jamais arrivé. J’étais vraiement très jeune et j’écoutais avec passion des personnes qui avaient tout à m’apprendre et qui n’étaient pas toujours en bonne intelligence entre eux. Mais ils avaient au moins tous un point d’accord. Lorsqu’ils parlaient de Walter Bonatti, c’était avec admiration et respect. Je n’ai jamais entendu quiconque émettre la moindre petite critique envers lui. Je m’en suis souvenu toute ma vie. Et aujourd’hui encore, à 65 ans, je reverais de le voir. Non pas pour le raser par des banalités qu’il a du entendre des centaines de fois. Mais seulement pour moi, et me dire lui aussi je l’ai vu. Monsieur Bonatti j’ai lu 20 fois  » A mes Montagnes  » et je sais que je le lirai encore. »

Gaston Rébuffat

est connu dans le monde entier, non seulement comme l’un des alpinistes majeurs de sa génération, mais aussi comme celui qui a su faire aimer la montagne grâce à ses nombreux livres, ses films et ses photographies. Les images signées Rébuffat sont synonymes de poésie et d’esthétisme, elles magnifient la haute montagne et créent un univers à la fois merveilleux et humain.
« Les montagnes ne vivent que de l’amour des hommes. Là où les habitations, puis les arbres, puis l’herbe s’épuisent, naît le royaume stérile, sauvage, minéral ; cependant, dans sa pauvreté extrême, dans sa nudité totale, il dispense une richesse qui n’a pas de prix : le bonheur que l’on découvre dans les yeux de ceux qui le fréquentent”
2013 11 mw labande

Voir le site des Editions Guérin à Chamonix

Et celui de la Librairie des Alpes Paris


Qu'en pensez-vous ?

Nous apprécions les commentaires corrects et pertinents.

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s